Le laçage

Le laçage est le moyen de fermeture le plus ancien permettant de réunir deux pièces d’un vêtement, corset, chaussures, comportant des œillets dans lesquels on passe un lacet ou une cordelière.

Les œillets

L’emplacement de chaque œillet est marqué par un point au crayon.
Le premier et le dernier sont placés à 1 cm du bord du haut et du bas du vêtement.
Ils sont espacés de 2 à 3 cm pour un laçage de corset dos et devant et de 1,5 cm pour un laçage côté.
Note: pour un laçage ” à la paresseuse” deux œillets seront espacés de 1 cm au niveau de la taille.

La pose des œillets

Les œillets peuvent être réalisés à la main.
Les œillets métalliques ont été inventés en 1828. Ils peuvent être posés simples ou avec cuvette.

Les points des emplacements ne sont indiqués que sur un seul côté  et perforés soit avec une machine à poser les œillets soit avec un emporte-pièce et une pince ou une pince-emporte pièce à barillet.

Le lacet

Le lacet sera en coton ou en satin.
Avant de passer le lacet il faut le ferrer, c’est-à-dire rendre les extrémités plus raides afin de passer plus facilement dans les œillets; on peut utiliser des embouts métalliques d’une longueur d’environ 10mm et posés avec une pince à bec fin. Sinon il est possible d’entourer les extrémités du lacet de fil ou de coton perlé en serrant fortement ou enduit de colle, enroulé de scotch ou encore trempé dans du verni incolore.

Les techniques

  • Le laçage simple ou laçage en surjet qui est le plus ancien (droit ou oblique).
  • Le laçage ordinaire ou laçage croisé.
  • Le laçage à la paresseuse (croisé ou surjet).